Des nouvelles du « miracle » libéral espagnol (et de ses confrères)

Rappelons-nous, jusqu’en 2007, l’Espagne faisait partie de ces pays présentés comme des parangons libéraux : forte croissance, chômage très inférieur à la moyenne, et déficit budgétaire réduit. Pourtant, des observateurs attentifs pouvaient se méfier bien avant de l’explosion en vol survenu avec la crise.

Depuis la réalité du « miracle » espagnol est apparue pour ce qu’elle est : un formidablement endettement du secteur privé par une bulle immobilière démesurée. Qu’à cela ne tienne ! nous précisent les libéraux : qu’on équilibre le budget avec autant de plans d’austérité que nécessaire, qu’on surveille l’inflation sourcilleusement grâce à la BCE, et tout reprendra pour le mieux. Ce billet veut dépeindre combien, en-dessous, le bourgeonnement salvateur ressemble nettement plus au naufrage du Titanic.

Le chômage espagnol si enviable lorsqu’il était à 8,5 % avant-crise est de 21,5 % de la population active au troisième trimestre 2011, et le phénomène empire aussi en qualité puisque 3 chômeurs sur 10 sont déjà en fin de droits. Combinée à son inflation, ces résultats lui décernent l’embarrassante couronne du pays au plus fort Indice de Misère au monde (parmi ceux qui ont pu être calculés) de ce printemps 2011. Cela se traduit par des familles entières de chômeurs (1,4 millions de foyers actuellement), des jeunes qui ne parviennent pas à prendre leur envol hors de la cellule familiale, des diplômes qui ne protègent plus du chômage, et une sinistrose qui s’enracine dans les psychologies et rabaisse encore un peu plus les perspectives.

On aurait tort de traiter les Espagnols de feignasses, d’irresponsables, etc. comme nombre de commentateurs le firent avec la Grèce car il n’y a pas grands choses qu’on ne voit ailleurs en Europe.

Ainsi le Secours catholique indique qu’en France, pour la première fois ceux qui bénéficient de son aide sont plus fréquemment diplômés du supérieur qu’arrêté au primaire (39,8 contre 36,6 %). Que les jeunes sont plus touchés que les personnes âgées, et que le nombre de personnes recourant à leur aide augmente continument…

À l’extrême, nous rencontrons des suicides. De plus en plus nombreux. Depuis le début de la crise en 2009, la Grèce a vu son taux de suicide doubler, et ce concomitamment aux plans d’austérité et à la récession qui s’ensuit.

Un tel fonctionnement économique, aussi impitoyablement darwinien, se traduit immanquablement par une augmentation des inégalités entre ceux qui sont encore assez forts pour se repaître du cadavres des autres, et ceux qui sont trop faibles pour pouvoir lutter. L’OCDE a récemment constaté dans un rapport la hausse généralisée des inégalités, et recommandé aux politiques d’agir face aux conséquences socialement très déstabilisantes que cela engendre, sans préconiser de mesures précises.

Que les libéraux se rassurent, il existe bien des pays pouvant tout à la fois réduire les transferts sociaux pour diminuer le déficit et résorber le chômage. Ce sont les Tigres baltes et ils ont une formule très efficace pour cela : l’émigration massive. L’agence de recensement lettone a ainsi pu constater avec un enthousiasme impeccablement dissimulé que de 2001 à 2011, la population lettone est passée de 2,3 millions à 1,9 seulement. La Lituanie n’avait plus connu une telle envie de conquérir le monde depuis la Seconde Guerre mondiale, un taux d’émigration double de leurs voisins lettons (petits joueurs) et premier de l’UE. Bref, comme nous l’ont seriné les Alain Minc de tous poils, il suffisait d’avoir confiance, et la solution adviendrait par le merveilleux ordre spontané du marché. Comme toujours lorsqu’on recherche la perfection, une ultime question demeure : Si les émigrés des petits pays viennent dans les gros, mais que ces derniers suivent la même recette, où émigrera leur propre population surnuméraire ? Des perspectives grandioses de colonisation de la Lune ou de Mars s’ouvrent à nos indomptables entrepreneurs privés…

Poster un commentaire

Classé dans Compléments d'enquête

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s