Le néochartalisme s’impose dans le débat (américain).

Toute idée dominante a commencé par germer et être diffusée par un seul esprit, puis, trouvant de l’écho chez d’autres, gagne d’abord lentement des adeptes, les plus ouverts d’esprit, les plus sensibles à l’intelligence, et les plus désintéressés, avant de faire boule de neige en s’agrégeant ceux qui sont ouverts sans chercher, ceux qui ne veulent pas se sentir trop seuls, etc. jusqu’à ce que l’idée inconnue devienne l’évidence que tout le monde répète sans même plus la questionner ou presque. Le plus dur est d’amorcer cette popularité, de parvenir à la taille critique à partir de laquelle il n’est plus possible d’être ignoré…

Dans le mondialement connu The Economist, un article est consacré à trois courants de pensée hétérodoxes, et officialise en quelque sorte leurs popularités. Parmi eux, le néochartalisme (à gauche sur le drapeau de Marianne). Il est très encourageant de constater qu’un courant de pensée âgé d’à peine quinze ans pour ses principaux ouvrages, dont la terminologie est encore un peu fluctuante (Tantôt neochartalism, tantôt Modern Monetary Theory, chez les anglo-saxons. De même, on trouve les termes équivalents Employer of Last Resort pour ceux qui sont parvenus à ce concept par Minsky, Employment Buffer Stock pour ceux qui sont partis de l’analyse des biens-tampons, etc.), bien que ses racines plongent très loin et chez des penseurs parfois très prestigieux comme J. M. Keynes, Abba Lerner, Hyman P. Minsky, Karl Marx, Georg F. Knapp, Michal Kalecki, etc.

Le très officiel The Economist, fait encore le sceptique, et dilue chacun de ces courants en les regroupant ensemble, malgré leurs grandes différences qu’on peut résumer ainsi :

Le « monétarisme de marché » (expression aussi peu inspirée que Modern Monetary Theory) est un rebondissement du monétarisme pourtant dominant avec Milton Friedman, à ceci près que ce dernier étant mort faute d’avoir pu passer le test de la réalité. Son successeur innove un peu et prône de cibler le Produit Intérieur Brut, avec son inflation, plutôt qu’autre chose. Il ignore complètement la passivité du crédit (pourtant confirmée par des experts de la prestigieuse Banque des Règlements Internationaux), son incapacité à relancer l’activité économique plutôt que de simplement amplifier ses variations.

L’école autrichienne est un cercle utlra-libéral très ancien, qui doit son nom aux intellectuels viennois qui ont migré vers les États-Unis dans l’entre-deux-guerres, c’est-à-dire entre l’effondrement de l’empire austro-hongrois et l’Anschluss par Hitler. Depuis l’école autrichienne est principalement américaine (décidément, le nommage n’est pas leur fort). Leur figure mythique est Ludwig von Mises (et Murray Rothbard). Leur doctrine consiste à prédire le désastre parce que l’État s’immisce dans les affaires privées et à expliquer les désastres par le moindre battement d’aile de papillon étatique décelable. Leur solution consiste à invoquer les lois universelles de la nature, la liberté, le génie humain et la libre association pour retourner à un mythologique état de nature pré-étatique, c’est-à-dire en détruisant l’État, conséquence naturelle, qu’on peut constater universellement, fruit du génie et de la libre association humaine (Pourquoi les révolutions et autres révoltes n’ont jamais simplement aboli l’État, plutôt que de changer ses gouvernants, si la chose est si indéniablement souhaitable ?). On attend toujours la nation surpuissante parce que délivrée de l’État, gouvernée par la seule liberté, telle que promise par l’école autrichienne.  Même le très libéral et noble autrichien Friedrich von Hayek affirmait dans La constitution de la liberté que le libéralisme, apuré en axiomatique par la raison, est un anarchisme, et s’en tenait à l’écart (Litec, Paris, 1994 (1960), p. 59).

Le néochartalisme est avant tout un pragmatisme, issu de personnes cherchant comment concrètement la monnaie fonctionne et en déduisant la monnaie rigoureusement, c’est-à-dire par élimination des hypothèses ne répondant manifestement pas à l’observation. C’est ce qui fait sa force principale : Les néochartalistes ont prédit l’absence d’inflation supplémentaire et d’envolée des taux d’intérêts de la dette publique (excepté le cas de la zone euro) par les Quantitative Easing de Bernanke, d’une part, et le retour à la récession ainsi que l’implosion de l’euro si on s’entêtaient dans les politiques de rigueur budgétaire d’autre part. Les libéraux de toutes sortes ont prédit l’inflation forte voire incontrôlable, la hausse des taux d’intérêt de la dette publique, le retour à la stabilité et à la croissance ainsi que le sauvetage de l’euro par la rigueur budgétaire. Et la réalité a tranché par une inflation stagnante, une baisse des taux d’intérêts de la dette publique américaine, le retour à la récession suite aux plans de rigueur budgétaire, et plus personne ne doute que l’euro soit en danger de mort imminente…

Malheureusement, on s’intéresse encore assez peu à ce qu’il y a de plus pertinent dans le néochartalisme, comme la stabilité des prix par le plein emploi grâce à l’Employeur en Dernier Ressort (Une idée pourtant très simple et lumineuse. Peut-être intimidante pour cette raison.), la nocivité des pseudo-contraintes budgétaires telles le passage forcé par des emprunts aux banques commerciales ou centrales, ou encore la passivité du crédit (Mais ce serait avouer que l’empereur de la finance est nu.)…

Mais tout cela aussi, ça viendra.

En France, je suis la seule source francophone sur le néochartalisme que je connaisse à l’heure où j’écris. S’il y en a d’autres, n’hésitez pas à les signaler, dans les commentaires du billet par exemple. Mais il faut bien que ça commence par quelqu’un, alors un peu de patience et de persévérance, et La Tribune (si elle survit) ou BFM TV (Après tout, aux États-Unis, les néochartalistes parviennent à être invités jusque sur Fox Business, la chaîne d’affaire de Fox News, ou sont discutés par le senior editor de CNBC…) finiront par le diffuser à leur tour…

Pour dire à quel point ce blog est indispensable, en cherchant « néochartalisme », Google ne trouve que ce blog et des commentaires y renvoyant. Quant à Modern Monetary Theory, il n’y a guère que ce billet sur le blog de Paul Jorion pour en parler, même avec un magistral contresens : elle est succinctement présentée comme la théorie dominante aux États-Unis en vigueur à la Fed !

PS : Un article du Washington Post est spécifiquement consacré au néochartalisme et pointe ses prédictions réussies comme la récession qui a suivi les surplus primaires budgétaires de Clinton et l’inefficacité des Assouplissements Quantitatifs. Contre info en donne une traduction française, via Philum.

11 Commentaires

Classé dans En vrac

11 réponses à “Le néochartalisme s’impose dans le débat (américain).

  1. Pingback: Un article du Professeur L. Randall Wray « Frapper monnaie

  2. Je viens de découvrir un site néochartaliste francophone encore plus ancien : http://alienaeconomics.blogspot.com/

  3. L’article en question sur le blog de Paul Jorion est écrit par Pierre Sarton du Jonchay qui l’a fait à la suite de mes commentaires sur sa défense d’une monnaie internationale (un système de change fixe). Il refuse de comprendre MMT et Jorion, c’est pareil, il persiste a déformer son sens et il défend une monnaie mondiale. Brettons Woods en fait. Ils pensent tous les deux que le système de change flottant est a l’origine de tous les malheurs économiques et rien, même pas les faits, ne les fera en démordre. C’est la position de l’extrême gauche française rigide et inflexible.

    La plupart de mes commentaires ont été et sont toujours censurés, pas tous, ça dépend de leur humeur je suppose. J’ai arrêté de poster sur Jorion (je ne suis pas masochiste !). Ce sont des très gros cons en tout cas. Il n’y a pas d’autre terme, désolée.

    • Curieux. J’ai lu L’argent mode d’emploi, Le prix, et Comment la vérité et la réalité furent inventées. Jorion est loin d’être un con. Mais effectivement il a une tendance gauchiste, heureusement fortement tempérée par sa nature d’intellectuel critique. Une simple tendance.

      Encore plus curieux, le concept du bancor (un ECU mondial, si j’ai bien compris) est parfaitement conciliable avec le néochartalisme, puisque les taux de change sont fixes mais révisables. Personnellement, je suis favorable aux deux. Peut-être ne l’ont-ils pas compris…

      Merci pour cette idée de billet :)

      • Non en fait le Bancor n’est pas compatible avec MMT, parce que:

        « Il est déjà suffisamment grave que nous permettions au Conseil de la banque centrale, qui n’est pas élu, de décider de la direction des taux d’intérêts. Il serait impensable de déléguer l’autorité fiscale et monétaire totale à un organisme supra-national.

        L’autre point est que l’idée d’un taux de change fixe est plutôt illusoire – les flux spéculatifs peuvent casser la parité très rapidement de toute façon.
        Seuls les pays comme la Chine avec d’énormes stocks de réserves de change peuvent résister à ces attaques spéculatives et maintenir une parité fixe avec-disons le dollar américain.
        Mais rappelez-vous qu’elle a été capable d’accumuler ces stocks en niant a ses citoyens l’accès aux ressources et les a gardés ainsi plus pauvres qu’ils ne devraient être.

        Enfin, une nation en déficit sous le Bancor fera toujours face à des perspectives de déflation pour maintenir la valeur de sa monnaie par rapport au Bancor. Pas de réel changement ici.  »

        C’est la conclusion de l’article de Bill Mitchell a ce sujet.
        La traduction ici (l’original est en lien sur la page):
        Une monnaie internationale? Espèrons que non!

        http://alienaeconomics.blogspot.com/2010/12/une-monnaie-internationale-esperons-que.html

        Et plus d’explication sur le probleme des systemes monetaire de change fixes:
        Etalon-or et taux de change fixes — des mythes toujours présent
        http://alienaeconomics.blogspot.com/2010/08/etalon-or-et-taux-de-change-fixes-des.html

        • Merci beaucoup, il faut effectivement que j’approfondisse tout ça. Je me demande comment mettre un frein à la spéculation sur les changes tout en respectant la souveraineté monétaire. Note que je suis plutôt favorable à des taux de changes fixe révisables : lorsque le change n’est plu tenable, au lieu d’imposer une cure d’austérité, on le fixe à un nouvel étiage compatible avec la politique intérieure et on impose une nouvelle hibernation aux spéculateurs…

          Après tout, lorsque les pays dévalue, même par change flottant, c’est bien qu’il y a encore des marges de manœuvres…

          Mais il faut que je retravaille tout ça.

      • Aussi, Jorion pense fondamentalement que Les US empruntent leurs dollars a la Chine…J’ai écrit maintes fois sur son blog que le gouvernement des États-Unis est l’émetteur en monopole du dollar et « emprunter » dans sa propre monnaie est tout simplement absurde et que la Chine n’émet pas de dollar mais j’ai été censurée a chaque fois.

  4. Pingback: Ça commence à venir « Frapper monnaie

  5. Pingback: « de plus en plus d’économistes » « Frapper monnaie

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s