Au programme : Marine Le Pen

Septième numéro d’Au programme avec le projet (au milieu du menu en haut à droite) de Marine Le Pen du Front National.

Il a beaucoup été dit sur les médias dominants qu’elle avait été plutôt brouillonne sur les questions économiques. C’est largement justifié, mais comme nous allons le voir, ça reste globalement plus cohérent que la moyenne des candidats, même celle des seuls Hollande et Sarkozy.

Le Pen a parcouru la réflexion néochartaliste jusqu’au point où y avait été contraint Milton Friedman : elle est pour un « déficit structurel zéro », sachant que le déficit structurel et le déficit conjoncturel sont à peu près aussi difficiles à estimer que le chômage déflationniste et le chômage stabilisant l’inflation (NAIRU), cela s’annonce aussi mal que pour les deux principaux candidats du PS et de l’UMP (le Traité de Stabilité de Coordination et de Gouvernance voté par Sarkozy préconise, de manière légèrement plus souple, un déficit structurel limité à 0,5 % du PIB). Que Le Pen cherche sincèrement à l’appliquer est d’autant plus crédible qu’elle est pour un État fort, au sens de strict, et qu’elle a un temps souhaité un retour à l’étalon métallique (incompatible avec le néochartalisme comme l’avait expliqué Milton Friedman dans le même article, et comme l’a récemment expliqué Ben Bernanke président de la Fed). C’est ensuite que les subtilités commencent.

La première, bien connue de mon lecteur, consiste à faire du protectionnisme, c’est l’échappatoire insatisfaisante du commerce extérieur pour qui ne comprend pas la nécessité du déficit. Elle y est particulièrement crédible, beaucoup plus que Hollande ou Joly, notamment parce qu’elle est prête à la confrontation avec l’Union Européenne qui a fait du néolibéralisme sa raison d’être.

La seconde subtilité, elle aussi bien connue, consiste à faciliter la codécision du déficit, en ordonnant à la Banque de France de procéder à des avances au Trésor. Là encore, c’est très crédible, car elle préconise la sortie de l’euro plutôt que de renoncer à ce projet. Mais sa conviction d’éviter un déficit structurel la gênera, modérément, dans l’accomplissement des nécessaires déficits.

Mais la subtilité d’entre les subtilités, c’est justement que derrière les idées fortes ne se cache que très mal une réflexion qui se cherche encore. J’ai dit que l’idée qu’elle a eu de retourner à un étalon métallique était un indice défavorable quant à sa souplesse d’esprit monétaire. Certes, mais elle a abandonné cette idée. J’ai dit qu’elle voulait un déficit zéro. Certes, mais elle insiste par deux fois sur l’emploi (ici et ) au point que la nécessité d’un déficit zéro « structurel » pâlit en comparaison. De là à penser qu’elle préférera une définition laxiste du déficit conjoncturel plutôt que d’accepter une hausse du chômage, il y a un pas qui est aisé à franchir. Sarkozy, pour prendre celui à qui on a beaucoup comparé le FN comme référence, est beaucoup moins crédible lorsqu’il affirme vouloir défendre l’industrie, l’emploi et la croissance, mais renie ses promesses au nom de l’Europe. Enfin, suprême subtilité dans cette mutation en cours, le FN est la créature de Jean-Marie Le Pen, mais c’est maintenant Marine sa fille qui le plie progressivement à sa propre sensibilité. On a déjà suffisamment de quoi constater pour affirmer sans risque qu’elle n’adhère pas au reaganisme néolibéral de son père, et qu’elle lui préfère un État beaucoup plus activement protecteur et décideur. Là encore, cela suggère une suite accommodante du point de vue néochartaliste.

Indubitablement, Marine Le Pen, sur le plan des questions économiques et en particuliers monétaires, se situe en haut du classement, aux alentours de Dupont-Aignan, probablement juste derrière, loin devant Sarkozy ou Hollande, très loin devant Bayrou et Arthaud. Reste, comme à chaque fois, à chacun de pondérer ce jugement en fonction de tous les autres critères de sélection des candidats…

Poster un commentaire

Classé dans Élections Présidentielles de 2012

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s