Toutes les austérités mènent à Speenhamland

Je profite de nouvelles informations pour revenir sur l’une des affirmations de mon livre qui peuvent sembler à première vue particulièrement osée. Pages 372 et 373 :

Le système maladroit, car complexe et administrativement lourd, des aides diverses et variées, combinée à l’obsession de l’austérité, nous amène lentement mais sûrement vers un nouveau Speenhamland. […] les individus se verraient incapables de pouvoir exister économiquement en dehors de l’État

Rappelons que Speenhamland était un système d’aide sociale aux plus misérables du tournant 18ème-19ème siècles. Il fut décrié par les libéraux comme une sorte d’hérésie par rapport au marché, et il est vrai que les salariés misérables subventionnés faisaient une concurrence déloyale aux salariés normaux qui devaient à leur tour baisser leurs salaires et tomber dans la pauvreté et le système social. De sorte que, pour éviter de fournir un déficit public au nom de la préservation du libre marché, tout en empêchant les effets les plus désastreux de paupérisation des masses, ce type de système aboutit à une soviétisation rampante de l’économie, paradoxalement !

Or, je lisais récemment un très bon rapport, Fast Food, Poverty Wages du UC Berkeley Labor Center publié le 15 octobre, sur ces questions, dont voici les meilleurs extraits traduits par mes soins pour vous :

  • 52 % des familles des travailleurs en première ligne dans la restauration rapide font partie d’un ou plusieurs programmes publics d’assistance, contre 25 % de tous les travailleurs. […]
  • Le coût de l’assistance publique aux familles des travailleurs dans l’industrie de la restauration rapide est de presque 7 milliards de dollars par an. […]
  • En raison de faibles revenus, les familles des travailleurs de la restauration rapide reçoivent une moyenne annuelle de paiements de 1,04 milliards de dollars et 1,91 milliards de Crédit d’Impôt sur le Revenu
  • Les gens travaillant dans la restauration rapide vivent plus fréquemment dans la pauvreté ou presque. Une famille sur cinq avec un membre travaillant dans la restauration rapide ont un revenu en-dessous du seuil de pauvreté et 43 % ont un revenu jusqu’au double du seuil fédéral de pauvreté.
  • Même les temps complets ne sont pas suffisants pour compenser les bas salaires. Les familles de plus de la moitié des travailleurs de la restauration rapide employés 40 heures ou plus font partie des programmes d’assistance publique.

[…]
Après cinq ans de baisse, la croissance de l’emploi est lentement revenue aux États-Unis. Cependant, les nouveaux emplois sont souvent des remplacements inadéquats pour ceux récemment perdus. Les emplois de classes moyennes comptaient pour 60 pour-cent des pertes d’emplois entre 2007 et 2009, mais ne représentent que 20 pour-cent de la hausse de l’emploi post-récession. Ces nombres indiquent que les emplois à faibles salaires font le gros, plutôt que le supplément, de la reprise. Une analyse récente du National Employment Law Project montre que les postes à bas salaires comptent pour presque trois emplois générés sur cinq pendant les trois premières années de reprise économique.

Le résultat, comme le résume Jack Temple, analyste pour le National Employment Law Project, : « Qu’importe que vous achetiez ou travailliez chez McDonalds ou non, le modèle à bas salaires est coûteux pour tout le monde. Les boîtes … font en gros peser une partie de leurs coûts sur les contribuables. »

L’austérité est impitoyable : elle rationne l’économie en monnaie. Plus on diminue la quantité de monnaie, plus il faut étaler la monnaie restante sur la population, ce qui s’achève d’une manière ou d’une autre par la misère. Misère tant des employés du secteur privé supposés être protégés par cette austérité que de la pensée libérale dont le prestige pâtit beaucoup de voir le privé autant dépendant des subsides de l’État, pensée libérale qui est alors très tentée de remettre en cause jusqu’à ces derniers filets de sécurité et de s’enfoncer encore plus dans l’erreur.
Dès qu’on choisit l’austérité, tous les chemins mènent à Speenhamland.

10 Commentaires

Classé dans En vrac

10 réponses à “Toutes les austérités mènent à Speenhamland

  1. PIERRE

    On enfonce les portes ouvertes ce soir …

  2. En Europe, les Etats sont hyper-endettés. Les dettes des Etats européens forment une gigantesque bulle qui va bientôt éclater.

    Et la dette privée ?

    Qu’en est-il de la dette privée ?

    En Europe, les ménages sont hyper-endettés, les entreprises sont hyper-endettées, et les banques sont en faillite.

    A propos de la dette des ménages et de la dette des entreprises, le Luxembourg remporte le championnat d’Europe de la dette privée.
    L’Irlande a la médaille d’argent.
    Chypre a la médaille de bronze.
    La France finit 14ème.

    Ces dettes privées forment une gigantesque bulle, encore une, qui va bientôt éclater.

    Depuis plusieurs années, l’économie des pays européens ne repose que sur … de la dette.

    Quand ces bulles éclateront, les pays européens vont connaître un effondrement économique et financier.

    1- Médaille d’or : Luxembourg : dette privée de 317,4 % du PIB (en 2006, c’était seulement 134,7 % du PIB).
    2- Médaille d’argent : Irlande : dette privée de 306,5 % du PIB (en 2001, c’était seulement 154,7 % du PIB).
    3- Médaille de bronze : Chypre : dette privée de 296,4 % du PIB (en 1999, c’était seulement 158,6 % du PIB).
    4- Danemark : 238,9 % du PIB.
    5- Portugal : 225 % du PIB.
    6- Pays-Bas : 221 % du PIB.
    7- Suède : 214,2 % du PIB.
    8- Espagne : 195,6 % du PIB.
    9- Royaume-Uni : 181,4 % du PIB.
    10- Finlande : 160,5 % du PIB.
    11- Malte : 155,4 % du PIB.
    12- Autriche : 147,5 % du PIB.
    13- Belgique : 146,4 % du PIB.
    14- France : 140,6 % du PIB (en 1999, c’était seulement 95,8 % du PIB).

    Source : Eurostat.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=tipspd20&plugin=0

    • postjorion

      Les dettes privées du Luxembourg, de l’Irlande et de Chypre sont principalement constitués des dépôts bancaires « étrangers » .

  3. Pingback: Toutes les austérités mènent à Speenhamland | Pour un débat sur le libre-échange et sur l'euro…

  4. Pingback: Toutes les austérités mènent à Speenhamland | Forum Démocratique

  5. Chômage en septembre 2013 :

    Grèce : 27,6 % de chômage.
    57,3 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Espagne : 26,6 % de chômage.
    56,5 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Croatie : 17,2 % de chômage.
    52,8 % chez les jeunes.

    Chypre : 17,1 % de chômage.
    43,9 % chez les jeunes.

    Portugal : 16,3 % de chômage.
    36,9 % chez les jeunes.

    Slovaquie : 14 % de chômage.
    31,1 % chez les jeunes.

    Irlande : 13,6 % de chômage.
    28 % chez les jeunes.

    Italie : 12,5 % de chômage.
    40,4 % chez les jeunes.

    Un article à pleurer de rire :

    http://www.liberation.fr/economie/2012/12/10/hollande-la-crise-de-la-zone-euro-est-derriere-nous_866519

  6. Pingback: L’illusion du « moteur » allemand | Pour un débat sur le libre-échange et sur l'euro…

  7. Pingback: L’illusion du « moteur » allemand | Forum Démocratique

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s