L’épouvantable NAIRU est toujours d’actualité

Je n’avais que brièvement mentionné le NAIRU dans Le choix du chômage de masse, un excellent article du professeur William Mitchell d’avril 2009 est l’occasion d’en apprendre plus à mon lecteur. Je remercie très chaleureusement ma cotraductrice Aliena de me l’avoir déniché.

L’épouvantable NAIRU est toujours d’actualité ! Je pensais – de façon optimiste – qu’il disparaîtrait comme il était venu ! Mais désolé de décevoir. Certains économistes n’apprendront tout simplement jamais. Hier l’ABS a sorti les dernières données de la base de données du Modèle du Trésor Australien (MTA, Australia Treasury Model, TRYM) . Vous pouvez l’obtenir ici. Parmi les diverses choses de grand intérêt que vous pouvez trouver dans cette base de données, est l’estimation par le modèle MTA du Trésor du soi-disant NAIRU. Cela a l’air effrayant. Eh bien, le NAIRU (Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment) signifie Taux de Chômage Non-Accélérant d’Inflation et a une place centrale dans la mythologie néo-libérale. Le NAIRU est un élément important du modèle MTA et influence les résultats et les simulations de politique économique. Donc, quelle confiance devons-nous placer dans cet important élément du processus de politique économique?

Réponse : pas beaucoup ! Ma conclusion : tout modèle reposant sur le NAIRU est une connerie !

Selon le Trésor « le modèle Macro-économique du Trésor (MTA) de l’économie australienne a été développé au sein du Trésor du Commonwealth d’Australie. Pendant 25 ans, le Trésor a développé et a maintenu des modèles de la macroéconomie australienne. » Ces modèles sous-tendent les analyses et prédictions de politique économique du Trésor qui influencent les décisions de politique économiques finales du Gouvernement. Ainsi, bien que d’autres informations et analyses soient utilisées par le Gouvernement pour déterminer les résultats des politiques macro-économiques, les services de modélisation du Trésor sont importantes. On espère donc que le modèle est utile.

Je pourrais continuer en détail sur comment sa structure échoue à capturer l’essence d’une économie monétaire moderne, mais alors ce serait un livre et pas un billet de blog.

Les données d’hier montrent que le Trésor considère que le NAIRU (le taux de chômage qui donnerait une inflation stable) en décembre 2008 était de 4,98 pour cent (en hausse depuis le 4,77 pour cent du trimestre de Septembre).

Qu’est-ce que cela veut dire exactement ? Dans la documentation du modèle MTA du Trésor, dans la Section 2.8, nous apprenons que :

L’équation salariale prend la forme d’une courbe de prévision de Phillips incluant les anticipations. Ainsi, la courbe de l’offre globale est verticale sur le long terme à un niveau d’emploi et la production en accord avec le NAIRU estimé. Plus précisément, à l’équilibre de long terme l’économie s’accroit le long d’une trajectoire de croissance stable en accord avec le NAIRU. Il y a une large marge d’erreur autour du NAIRU menant à beaucoup d’incertitude du côté de l’offre

Pour remettre cela dans le contexte, une brève excursion historique nous aidera. Il y a deux développements frappants dans l’économie durant ces trente dernières années.

Premièrement, une révolution théorique majeure s’est produite en macroéconomie (du Keynésianisme au Monétarisme et au-delà). Deuxièmement, le chômage et un taux très important de sous-emploi ont persisté à de hauts niveaux.  Dans des travaux précédents, j’ai écrit au sujet du développement du concept de plein emploi depuis 1940, en commençant par le débat des années 1940 qui soulignait le besoin de créer assez d’emplois pour absorber la main-d’œuvre disponible.

Dans les années 1950, les économistes ont rapidement déporté leur attention et ont débattu de l’ampleur du chômage associé au plein emploi basé sur la notion fausse qui affirme que si le taux de chômage est trop bas alors l’inflation se produit. Ainsi advint l’ère de la soi-disant courbe de Phillips, qui a été remarquée par des décideurs politiques s’efforçant pour réaliser un compromis politiquement acceptable entre inflation et chômage. La courbe de Phillips est une « divinité » en économie et représente la relation entre le chômage et l’inflation comme une courbe inversée lisse. Les statistiques sous-jacentes utilisées pour obtenir cette courbe (et les suivantes) sont fortement douteuses. De toute façon, pendant cette période, des circonstances fortuites ont maintenu un taux de chômage bas mais l‘attention s’était clairement éloignée de la production d’une certaines quantité d’emplois.

Le plein emploi comme but d’une véritable politique économique fut abandonné avec l’introduction de la soi-disant hypothèse du taux naturel (HTN, natural rate hypothesis, NRH) et l’affirmation qu’il n’y a qu’un seul taux de chômage compatible avec une inflation stable. Dans la HTN, il n’y a aucun rôle discrétionnaire pour la gestion de la demande globale et seuls des changements microéconomiques peuvent réduire le taux naturel de chômage. En conséquence, le débat politique en est devenu de plus en plus réduit à la déréglementation, la privatisation et la réduction de l’État-providence avec en même temps, l’institution de régimes monétaires et budgétaires serrés. Le chômage de masse persistait. Le fait que les résultats étaient fortement pro-cycliques rend l’hypothèse du taux naturel intenable.

Mais l’idée d’un taux de chômage stable cycliquement invariable a persisté sous la forme du concept du NAIRU, d’abord introduit au milieu des années 1970. Le NAIRU a été construit de telle façon que si le taux de chômage est au-dessus du NAIRU alors l’inflation devrait ralentir et vice versa.

Tandis que des structures théoriques diverses ont été utilisés pour justifier le NAIRU comme un concept viable, la conclusion est simple : il y a un seul taux de chômage cycliquement invariable associé à une inflation des prix stable. Le concept de NAIRU a dominé les décisions de politique macro-économique dans la plupart des pays de l’OCDE depuis la fin des années 1970 et les stratégies pour combattre « l’inflation absolument » ont infligé un fort taux de victimes sous la forme de chômage et de sous-emploi massif. Sous l’emprise du NAIRU, les décideurs politiques ont dans le monde entier abandonnés la poursuite du plein emploi telle qu’initialement conçue.

Bien sûr ils ne pouvaient pas l’admettre aussi commencèrent-ils à redéfinir ce que le plein emploi signifie. Donc si vous lisez cette littérature, vous vous rendrez rapidement compte que les néo-libéraux définissent le plein emploi comme étant le NAIRU, qui est divorcé de toute notion qu’il doit y avoir assez d’emploi pour satisfaire les désirs de la main d’œuvre disponible. Donc avec un seul petit changement de taxinomie, les gouvernements ont été capables de transformer leur échec à fournir suffisamment d’emploi en succès — eh bien nous avons atteint le plein emploi là parce que nous avons atteint le NAIRU. C’est un concept pernicieux en effet.

En Australie, les principales instances de politique économique — la Banque de Réserve d’Australie (BRA, Reserve Bank of Australia, RBA : la banque centrale australienne) et le Trésor Fédéral ont été influencés de façon significative par le concept de NAIRU. La BRA a été constituée en 1959 pour maintenir le plein emploi comme l’un de ces trois mandats (voir la Section 10 de la Loi de la Banque de Réserve de1959. Sous-section 2). Cependant, depuis l’abandon du ciblage monétaire dans les années 1980 (l’échec de l’expérimentation monétariste), la BRA a été de plus en plus sous l’influence du concept de NAIRU.

Jusqu’à la CFG (Crise Financière Globale), la BRA a religieusement conduit la politique monétaire en Australie pour respecter un objectif d’inflation, et à mes yeux, a abandonné ses obligations légales de maintenir le plein emploi.

Les Communiqués répétées sur la Conduite de la Politique Monétaire, qui exposent l’approche de la BRA dans l’accomplissement de ses trois objectifs de politique économique identifiés, présentent le ciblage d’inflation comme étant le but principal de la BRA.
Les Communiqués évitent typiquement toute discussion au sujet du plein emploi excepté que la stabilité des prix dans certaines conditions générerait le plein emploi bien que la stabilité des prix requerrait « une politique monétaire et budgétaire disciplinée ». Ils justifient ces absurdités en affirmant que, même si la BRA est sensible au niveau d’utilisation des capacités de production quand elle fixe les taux d’intérêts, le compromis entre inflation et chômage n’est pas une inquiétude sur le long terme parce que selon la logique du NAIRU, il n’existe tout simplement pas.

Dans l’approche du NAIRU, les décideurs politiques utilisent le chômage comme un outil pour supprimer les pressions sur les prix et l’expérience des pays de l’OCDE dans les années 1990 et au-delà, montre que cette stratégie a été fructueuse. Les preuves empiriques sont claires et montrent que l’économie australienne n’a pas fourni assez d’emplois depuis le milieu des années 1970 et la conduite de la politique monétaire a contribué au malaise. La BRA a forcé les chômeurs à s’engager dans un combat involontaire contre l’inflation et les autorités fiscales ont encore plus aggravé la situation avec un complément d’austérité.

Dans quelle mesure le NAIRU est utile comme guide à la politique économique ? Bien que le sujet soit vaste, dans ce billet je ne ferais que survoler le NAIRU. Dans mon dernier livre avec Joan Muysken, Full Employment Abandoned (Plein Emploi Abandonné) nous analysons ce sujet en profondeur. Ainsi, si vous êtes à la recherche de références ou d’autorités pour les affirmations que je fais ici, ce livre est un bon point de départ. Non pas que je permette la publicité sur ce blog !

Le premier graphique montre le taux annuel d’inflation et le taux de chômage officiel en Australie de Mars 1970 a Décembre 2008 (en utilisant les données officielles du modèle MTA). L’expérience est commune à la plupart des pays de l’OCDE. Ce qui est apparent sur ce graphique est le comportement discordant du taux d’inflation et du taux de chômage.

Il est difficile d’interpréter un taux de chômage au cours de la période où vous constateriez une accélération de l’inflation si le taux de chômage réel est plus bas ou d’une décélération de l’inflation si le taux de chômage est plus élevé.

Pour mieux le décortiquer j’ai construit le tableau suivant. Il utilise les données ABS trimestrielles (pour le taux de chômage et l’inflation basée sur l’index des prix a la consommation) de Septembre 1970 à Décembre 2008 et compare la fréquence de l’accélération de l’inflation avec le ralentissement de l’inflation pour une fourchette donnée du taux de chômage.

S’il y avait un NAIRU bien défini et stable, nous nous attendrions à trouver une fourchette du taux de chômage où tous les changements de l’inflation sont négatifs et en-dessous de cette fourchette, la plupart des changements de l’inflation sont positifs. Les résultats clairement ne soutiennent pas l’existence d’une telle fourchette. Nous n’allons probablement pas obtenir d’informations définitives des données sur le chômage au sujet des mouvements probables dans le taux d’inflation. Dans d’autres travaux, j’ai estimé une fourchette des dénommées régressions de la courbe de Phillips, qui échouent à trouver une quelconque preuve d’une caractéristique stable NAIRU.

J’ai aussi fait le graphique de la dernière courbe de Phillips que vous pouvez voir ensuite. Bien qu’il y ait une certaine stabilité entre inflation et taux de chômage sur un moment, un choc soudain, particulièrement du côté de l’offre (comme le choc pétrolier des pays de l’OCDE en 1974), peut aggraver le chômage résultant d’une stratégie déflationniste, qui est une tentative d’exploiter une courbe de Phillips donnée. Les données de l’expérience de l’OCDE depuis 1975 suggèrent que les politiques déflationnistes sont effectives pour ralentir l’inflation mais imposent d’énormes coûts à l’économie et à certains groupes démographiques, qui sont rarement évalués ou corrigés.

Mais si vous étudiez le graphique vous verrez qu’il y a très peu de relation entre l’inflation et le chômage à moins que vous soyez préparés à autoriser d’énormes changements périodiques dans la relation qui semblent se produire autour de récessions. Étant donné que les récessions sont des événements liés à la demande, il est difficile d’émettre une interprétation structurelle du changement. La littérature sur le NAIRU essaye et échoue à interpréter ces changements comme des changements structurels (travailleurs devenant plus paresseux ; mauvaise reformes de l’État providence ; une recherche d’emploi moins effective etc.). Toutes ces explications sont absurdes et échouent en fin de compte à passer le test de la preuve.

Qu’en est-il des évaluations du NAIRU lui-même? Des techniques diverses sont utilisées pour inventer cette série temporelle mythologique. Le modèle MTA utilise une approche économétrique d’après une dérivation d’une équation salariale. D’autres tels que l’OCDE et encore beaucoup d’autres sont encore plus malpropres et utilisent ce qui est connu sous le nom de filtre Hodrick-Prescott qui est juste une représentation courbée de l’évolution lissée des données réelles. Le graphique suivant compare les deux méthodes. Avant que vous ne riiez, les personnages qui utilisent ces séries synthétiques sont sérieuses !

Mise à jour : nouveau graphique — Vendredi 17 Avril 2009

J’ai pensé que ces nouveaux graphiques vous aideraient à comprendre à quel point ces estimations techniques du NAIRU sont en fait stupides. Étant donné que le NAIRU est le taux de chômage qui stabilise l’inflation, comment interpréteriez-vous cette série temporelle du MTA dans ce contexte ? L’inflation s’étend à partir de quelque nombre négatif jusqu’aux alentours de 17 pour cent pour la même valeur du NAIRU. Je qualifie cela de stupide. Mais de dangereux aussi étant donné son influence sur la politique économique.

Il y a un énorme ensemble de preuves maintenant qui pose un défi considérable aux niveaux tant théorique qu’empirique pour ceux qui adhérent à l’hypothèse du NAIRU. Voici un résumé de faits Non-NAIRU (nous détaillons les arguments et les discours dans le livre) :

  • Les taux de chômage montrent un haut degré de persistance après des chocs.
  • La dynamique du taux de chômage montre des asymétries prononcées durant le cours du cycle économique. Il y a une accumulation de preuve a charge contre la dynamique qu’implique l’approche du NAIRU. Le chômage répond aux chocs de demande d’une façon asymétrique. Le taux de chômage augmente rapidement et brusquement quand la demande se contracte mais persiste et diminue doucement quand l’expansion se produit.
  • La dynamique de l’inflation ne semble pas en accord avec celles spécifiées par l’hypothèse du NAIRU. Reconsidérez les graphiques et le tableau ci-dessus pour constater ce point.
  • La constante NAIRU a été abandonnée et remplacée par les soi-disant « NAIRU variables dans le temps » (un énième écran de fumée ad hoc), qui ont des marges d’erreurs tellement énormes. Le concept du NAIRU est maintenant complètement dénué de sens pour l’analyse politique. La majeure partie des modèles économétriques développés pour estimer le NAIRU sont imprécis et délivrent des estimations du NAIRU très inexactes. La plupart des résultats de recherche affirment avec assurance que le NAIRU a changé avec le temps mais très peu d’auteurs osent publier leurs marges d’erreur sur leurs évaluations. Je note que la documentation MTA indique a quel point leurs évaluations sont peu fiables en terme statistique. Une étude majeure utilisait des techniques d’estimations prétendument « à la pointe » et affirmait que leurs estimations du NAIRU sont imprécises. En 1994, par exemple, certaines des estimations du NAIRU avec 5 pour cent de marge d’erreur s’étalaient de 2,9 pour cent à 8,3 pour cent. Donc la fourchette d’incertitude quant à la « vraie » valeur du NAIRU est trop vaste pour être utile.
  • Les estimations du chômage de longue durée sont sensibles aux cycles (hystérèse) et par là-même le rejet passé de l’utilisation des politiques monétaires et fiscales pour atténuer l’augmentation du chômage n’a pas de fondement conceptuel.
  • Il n’y a aucune corrélation claire entre les changements du taux d’inflation et le niveau de chômage, telle que l’inflation augmente et diminue à de nombreux taux de chômage différents sans faire système. Voir le tableau ci-dessus.
  • L’utilisation de filtres univariés (filtres Hodrick-Prescott) dépourvus de contenu économique et des filtres de Kalman avec peu ou prou de contenu économique a rendu le concept de NAIRU relativement arbitraire. Les estimations par filtre de Kalman sont extrêmement sensibles aux prémisses implicites quant aux éléments stochastiques et la mesure des équations d’état. De petits changements du ratio signal sur bruit peuvent avoir des impacts majeurs sur la mesure du NAIRU. L’estimation d’une spline est similairement arbitraire dans le choix des points et de l’ordre des polynômes. Pourquoi ne pas vous demander : qu’est-ce qui causa le saut soudain et arbitraire dans l’estimation par le MTA dans le grand graphique aux alentours de 1974 ? Ils n’ont pas d’explications cohérentes. C’est simplement un écran de fumée de données.

Conclusion

C’est de la connerie ! Passons à autre chose.

Digression : La richesse privée s’effondre

La base de données du MTA contient également une série Richesse privée au prix du marché (donc non-déflaté). Le graphique suivant qui est la richesse privée moyenne par habitant (aussi ai-je exprimé les données brutes en milliers de dollars australiens par personnes en Australie) dit tout. Elle connaît son pic en décembre 2008 à 249 000 dollars australiens et une année plus tard c’était à 225 000. Avec les marchés encore en déclin en ce début d’année, la prochaine fois que nous obtiendrons une estimation (le trimestre de Mars) cette perte sera de plus de 24 000 dollars par personne depuis décembre 2007.

Bien sûr, ce chiffre inclut les adultes et les enfants. Si nous ne considérons que la population adulte, alors en décembre 2007, la richesse privée par adulte était en moyenne de 311 320 dollars. Cela s’est effondré à 280 669 jusqu’en décembre 2008, une chute de 30 000 dollars par adulte ou 9,8 pour cent en termes nominaux. Sachant que l’inflation s’est maintenu à environ 4 % sur cette période, la perte est probablement autour de 14 pour cent.

Pour mettre tout cela en perspective,  c’est la première fois depuis Juin 1961 (depuis que les données sont disponibles) que la richesse privée a diminué. Ces derniers temps sont différents, en effet.

Digression : Sir Layard demande un Employeur en Dernier Ressort

Dans The Peninsula, le plus fameux journal qatari anglophone, Sir Richard Layard a souhaité un Employeur en Dernier Ressort (en anglais. Ici un lien le présentant succinctement en français). Par l’Employeur en Dernier Ressort de ce blog, mais une version réduite et abâtardie. Mais c’est un progrès. À mentionner, Layard est professeur de sciences économiques à la London School of Economics et est l’un des principaux architectes des pernicieuses politiques par l’offre du marché du travail qui ont dominé depuis le début des années 1990.

Vous pouvez lire l’article mais Layard est cité disant qu’il est excellent que le gouvernement britannique maintienne une poigne de fer sur l’État-providence, mais il pense que maintenant nous avons besoin d’une « garantie de l’emploi » pour empêcher le chômage de long-terme de devenir un problème plus grave encore. Il propose que des emplois soient proposés aux « jeunes gens qui n’ont pas été employés depuis 18 mois et aux adultes inemployés depuis 18 mois — emplois du style engagements dans des écoles ou des hôpitaux ou du service social. »

4 Commentaires

Classé dans Compléments d'enquête

4 réponses à “L’épouvantable NAIRU est toujours d’actualité

  1. Les publications et working papers des « grands » instituts (BCE, Banque de France, FMI…) continuent à scruter les données à la recherche du NAIRU. Un peu comme les chercheurs du CNRS à la poursuite des particules manquantes… Hoang-Ngoc parlait du « fabuleux destin » de la Courbe de Phillips. Il reste décidémment encore écrire. Ces petites notions ont encore de beau jours devant elles et beaucoup de générations d’universitaires à sublimer…

  2. Pingback: Aspect politique du plein emploi, par Michal Kalecki « Frapper monnaie

  3. Pingback: 8. L’Employeur en Dernier Ressort « Frapper monnaie

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s